Bypass gastrique

Bypass

Le bypass gastrique – ou court-circuit gastrique – est une opération de chirurgie bariatrique en Wallonie qui consiste à dériver une grande partie de l’estomac, du duodénum et du début de l’intestin. Cette intervention pratiquée quotidiennement par la Clinique de l’Obésité du CHU UCL Namur s’inscrit dans le cadre d’un accompagnement global et à long terme du patient souffrant d’obésité.

En quoi consiste l’intervention chirurgicale ? Quid de la durée d’hospitalisation ?

La technique chirurgicale du court-circuit gastrique permet de séparer l’estomac en deux parties inégales avec une petite poche verticale d’environ la contenance d’un verre d’eau. La poche gastrique et l’intestin grêle sont reliés, et l’intestin grêle est sectionné à 50 centimètres de son origine, tandis que la partie en aval est suturée à l’estomac. La jonction entre les deux parties de l’intestin grêle se fait un mètre et demi plus bas que la suture avec l’estomac.

Le premier effet produit par cette intervention bariatrique est la restriction. En effet, en phase postopératoire, les aliments arrivent désormais dans la petite poche de l’estomac, ce qui permet au patient bypassé d’arriver plus vite à satiété et de manger des quantités nettement moindres.

Le second effet produit est la malabsorption. Si avant l’opération, c’était la partie bypassée qui absorbait les graisses grâce à la présence de bile et de suc pancréatique, le bypass permet aux graisses d’être éliminées directement dans les selles, sans absorption. S’ensuit une perte de poids significative engendrée des suites de l’addition des phénomènes de restriction et de malabsorption.

Le bypass gastrique est une opération couramment pratiquée qui ne nécessite qu’une très brève hospitalisation. Le patient rentre à l’hôpital le jour de l’opération et en ressort le lendemain. À long terme, elle permet de perdre plus de 65 % de l’excès de poids.

Le bypass est particulièrement recommandé pour les personnes enclines aux grignotages.

Animation explicative de la technique restrictive et malabsorptive du bypass

Conditions d’accès et de remboursement du court-circuit gastrique

Les critères de remboursement sont communs, que vous optiez pour un bypass gastrique, une sleeve gastrectomie ou un anneau périgastrique ajustable :

  • Être majeur;
  • Avoir essayé au cours d’une année minimum de perdre du poids de façon documentée et sérieuse sans enregistrer de résultats tangibles;
  • Avoir un IMC (indice de masse corporelle, calculez-le ici) ou BMI égal ou supérieur à 40, ou égal ou supérieur à 35, associé à des facteurs de comorbidité comme le diabète, l’hypertension artérielle ou le syndrome d’apnée du sommeil. La nécessité de réintervenir après une première opération bariatrique qui a échoué est également valable pour remplir ce critère.

Effets et complications liés au bypass

Le bypass engendre des conséquences sur le quotidien du patient :

  • Exit la pilule contraceptive. Jadis absorbée comme une graisse, la pilule contraceptive ne produit plus d’effet sur l’organisme d’un patient bypassé. Il est donc nécessaire de trouver un autre moyen de contraception après l’opération.
  • Suppression à vie des antiinflammatoires. Les antiinflammatoires, sous quelque forme que ce soit, sont interdits après une opération de bypass car ils augmentent sensiblement la production d’acide et soumettent le patient à des risques d’ulcère sur l’intestin.
  • Risque de fistule inférieur à 2 %. Il arrive très rarement que la suture entre les deux parties de l’intestin cède et se solde par un orifice. Pour écarter ce risque, les chirurgiens testent l’étanchéité de cette zone pendant l’intervention.
  • Syndrome de dumping. C’est l’une des conséquences du bypass qui se manifeste sous la forme de bouffées de chaleur et de grosses fatigues. Un phénomène d’hypoglycémie ou d’hypotension se produit chez le patient bypassé après l’absorption de quantités de sucre ou de sel trop importantes. Ce syndrome fait office de garde-fou pour le patient, et l’encourage à adopter un régime alimentaire plus sain.
  • Carences en vitamines. Le court-circuit gastrique entraîne irrémédiablement des carences en vitamines comblées par la prise à vie de compléments vitaminiques. Si cela peut sembler de prime abord astreignant, rappelons toutefois que le bypass permet à l’inverse de supprimer la prise quotidienne de plusieurs médicaments.

Des renseignements complémentaires ? Une demande de consultation médicale en vue d’un bypass ?

La Clinique de l’Obésité du CHU UCL Namur – site Sainte-Elisabeth est à votre entière disposition ! Joignez-nous par téléphone ou via notre formulaire en ligne, simple et rapide.