Témoignage de Valérie

Je suis passée de la taille 52 à la taille 36

Valérie 27 ansJe regrette de ne pas avoir fait cette opération plus tôt... J'ai suivi plusieurs régimes avec l'aide d'une diététicienne, sans succès... La diffusion d'une émission télévisée m'avait complètement démotivée. Critique envers la chirurgie bariatrique, ce reportage avait encore prolongé mon hésitation de 4 années.

Au niveau de mon alimentation, je me laissais complètement aller. Manger à la friterie deux à trois fois par semaine était une habitude pour moi.

Je ne me privais de rien. Lorsque j'avais envie de quelque chose, il me le fallait. En plus, j'avais complètement arrêté le sport : j'étais trop vite essoufflée.

Par la suite, ma grossesse et mon inscription à l'école hôtelière n'ont fait qu'augmenter mon surpoids.

Après mon accouchement et suite au bon résultat obtenu par ma tante après son opération par le docteur Terryn, j'ai commencé à nouveau à m'intéresser à la chirurgie de l'obésité.

Le premier entretien avec la coordinatrice dans le Centre de l'Obésité du site Sainte-Elisabeth (CHU UCL Namur) s'est très bien passé.

Les informations et les renseignements très intéressants qu'elle m'a fournis ont répondu à toutes mes questions. Grâce à ses explications, j'ai été parfaitement bien informée. Rassurée, j'ai retrouvé l'espoir. Les autres membres du Centre m'ont également fort impressionnée. C'est une super-équipe. Il y a une bonne communication entre eux. Je me suis sentie bien reçue et surtout bien suivie : ils étaient vraiment à mon écoute.

Mes plus grandes angoisses étaient d'avoir des complications durant l'opération et de ne pas me réveiller. Je ne m'inquiétais pas pour les cicatrices. D'ailleurs, après l'intervention, j'ai pu constater qu'elles sont vraiment minimes. Je n'ai pas eu de douleurs, de complications ou autres inconvénients post-opératoires. Je suis restée 4 jours à l'hôpital et j'ai du arrêter le travail durant 1 mois. Je dois avouer que rester à ne rien faire durant ce mois fut, pour moi, le plus gros inconvénient de cette chirurgie.

Depuis l'opération, ma vie a complètement changé ! Je me sens beaucoup mieux. Je n'ai plus d'essoufflement, ce qui me permet de pratiquer du sport à l'extrême, jusqu'à 6 fois par semaine : gym cardio et musculation.

Concernant ma garde-robe, c'est le jour et la nuit ! Avant, je cherchais à me cacher derrière des pulls à cols roulés et des pantalons noirs. Aujourd'hui, j'achète des petites robes adorables et je suis beaucoup plus heureuse !

Je suis passée de la taille 52 à la taille 36. Alors maintenant, j'ai envie de séduire et de plaire. Je suis redevenue la vraie Valérie : celle que je voulais être.

Emotionnellement, je suis devenue différente, mais pas plus fragile. Au contraire, je suis devenue plus sûre de moi, davantage capable de m'affirmer voire même d'être tranchante. Je fais désormais à ma manière. Je me suis donc réaffirmée fortement. Aujourd'hui, si je suis jugée, j'en ris.

Néanmoins, je ne m'attendais pas, de la part de certains proches, à des réactions de jalousie qui ont remplacé la pitié. Avant j'aurais été touchée par cela, mais maintenant je relativise.

Durant 6 mois, tous les jours, j'ai noté mon poids ainsi que ce que j'avais bu ou mangé. Ce livret, je ne le regarde plus mais je l'ai gardé. J'ai finalement perdu 51 kg, un résultat nettement supérieur à mon objectif initial. En 4 mois, j'avais perdu 35 kg et malgré ce résultat, j'avais le sentiment que ça n'allait pas assez vite car je ne me voyais pas maigrir.

Il y a un côté obsessionnel qui se met en place, je l'avoue : encore aujourd'hui, je me trouve trop grosse, même monstrueuse. J'aimerais tirer un trait sur le passé car ça me fait mal de voir comment j'étais. Intérieurement, j'ai encore un travail à réaliser sur moi-même car l'image que j'ai de moi est encore différente de celle que les gens perçoivent.

Aujourd'hui je suis heureuse et épanouie.