Bypass et sleeve : les opérations contre l’obésité les plus courantes en Wallonie

En Belgique, l’obésité est devenue une réalité qu’on ne peut plus ignorer. Il existe différents traitements chirurgicaux pour lutter contre cette maladie. En Wallonie, deux méthodes sont particulièrement sollicitées. L’un des chirurgiens de notre équipe médicale de la clinique de l’obésité CHU UCL à Namur vous en parle.

Le bypass en tête, le sleeve sur la seconde marche du podium

Opérations contre l'obésitéLe bypass gastrique a été longtemps l’intervention contre l’obésité la plus pratiquée en Belgique et en Wallonie. Ce traitement est le meilleur en termes de balance bénéfices/risques sur le long terme. Grâce à cette méthode, un patient voit son excès de poids fondre de 65 %.

Le bypass reste encore aujourd’hui le gold standard des soins de l’obésité. Il se fait cependant talonner par un autre procédé de réduction de l’estomac, le sleeve ou gastrectomie longitudinale. Plus simple à réaliser, cette opération conduit à une diminution de la quantité de nourriture à assimiler alors que le bypass agit par malabsorption des aliments. Un patient qui bénéficie du sleeve perd jusqu’à 60 % de son surplus pondéral.

En quoi consistent les opérations de bypass et de sleeve ?

Bypass et sleeve sont deux procédés chirurgicaux complètement distincts. Ils débouchent sur des résultats tout aussi efficients, mais bien différents :

Le bypass gastrique 

Dans le cadre de cette intervention, on ne retire aucune partie de l’estomac. Il s’agit de créer un court-circuit gastrique en branchant l’intestin grêle sur un petit morceau de l’estomac pas plus grand qu’un verre d’eau. Les aliments passent ainsi presque instantanément dans les voies intestinales et se font digérer par la bile et les sucs pancréatiques. Il en résulte une restriction (le patient mange de plus petites quantités) et une malabsorption volontaire. Cette opération est réversible si nécessaire. Elle n’est pas recommandée aux personnes prenant des anti-inflammatoires à vie ou atteintes par la maladie de Crohn ou la rectocolite ulcéro-hémorragique ;

Le sleeve ou gastrectomie longitudinale 

L’intervention consiste à agrafer l’estomac sur sa hauteur et de réduire son volume de 2/3. Ce dernier prend alors l’apparence d’un tuyau. Les résultats sont doubles. Le patient mange moins. La suppression de la ghreline, hormone digestive qui stimule l’appétit, fait disparaître la sensation de faim. Le sleeve est par contre une opération sur laquelle il est impossible de revenir. Elle est contre-indiquée pour les patients souffrant de reflux, du brûlant ou d’une hernie hiatale. Pour ces derniers, il existe l’option du nissen sleeve (réalisation d’un nœud au-dessus de l’estomac pour empêcher les remontées acides).

Des interventions chirurgicales contre l’obésité qui ne s’adressent pas à la même patientèle

Un des facteurs importants qui va décider de quelle opération bariatrique a besoin un patient victime d’obésité, voire d’obésité morbide, est sa façon de s’alimenter.

  • Un volume eater, à savoir un gros mangeur doit se tourner vers le sleeve puisque cette intervention va automatiquement provoquer une baisse d’appétit appelée effet de restriction. Le patient va ingérer moins de nourriture ;
  • Pour une personne qui passe sa journée à grignoter de plus petites quantités et à consommer gras, le bypass sera plus efficace. Les aliments seront directement absorbés par l’intestin et la graisse éliminée.

Vous souhaitez en savoir plus sur les opérations qui permettent de lutter contre l’obésité ?

Tournez-vous vers l’équipe médicale de la clinique de l’obésité du CHU UCL- site Saint-Elisabeth à Namur . Nous proposons des séances d’informations régulièrement. N’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou via notre formulaire en ligne pour prendre rendez-vous ou simplement obtenir des informations sur nos soins.