Chirurgie bypass gastrique : les étapes clés de la prise en charge d’un patient en surpoids atteint d’un cancer du système lymphatique

Un homme, 52 ans, travaillant dans une institution pour handicapés a sollicité l’aide des médecins spécialisés en traitement du surpoids (bypass, sleeve, etc.) de la Clinique de l’Obésité CHU-UCL, Sainte-Elisabeth de Namur. Son souhait était d’arriver à mieux contrôler son poids grâce à une chirurgie sleeve - gastrectomie.

Cas de chirurgie de l'obésité (Bypass) sur un patient atteint d'un cancerCe patient pesait 138 kilos pour une taille de 1 m 69. Son BMI (IMC : indice de masse corporelle) de 48 le plaçait dans le groupe des victimes d’obésité morbide.
Il mangeait l’équivalent de deux assiettes par repas et ne grignotait pas en dehors. Le candidat parfait pour le sleeve. Il était également incommodé par des apnées du sommeil.

La découverte d’un lymphome lors du bilan médical

L’équipe multidisciplinaire de la clinique dresse un bilan médical complet de notre homme de 52 ans. Á la prise de sang, nous diagnostiquons chez lui la présence d’un lymphome (cancer des ganglions). Selon le dossier hématologique, il n’y a cependant pas lieu de le traiter par chimiothérapie. Le processus menant à l’opération contre l’obésité peut se poursuivre. L’idée étant de profiter de l’intervention pour ponctionner les ganglions pour analyse et en apprendre plus sur le cancer.

Changement de traitement : le bypass remplace le sleeve

Notre patient désirait que nous pratiquions un sleeve. Après consultation entre collègues et analyse de son dossier nous avons préféré nous tourner vers le bypass pour deux raisons :

  • Le patient était atteint de reflux gastrique et le bypass corrige ces symptômes ;
  • Nous avons diagnostiqué une hernie hiatale et un œsophage brulé par l’acidité montrant des lésions importantes. Dans ce cas nous agissons de manière préventive. Si les lésions tournent en cancer et qu’il faut réaliser l’ablation de l’œsophage, l’estomac doit toujours être intact pour palier à cette absence et le remplacer. Si nous pratiquons un sleeve-gastrectomie, nous devons retirer 2/3 de l’estomac. A contrario, le bypass gastrique étant une opération réversible (séparation de l’estomac en deux parties égales), il permet de revenir à une forme normale de l’estomac si la pathologie cancéreuse de patient s’aggrave et le nécessite.

Ablation de la vésicule pour prévenir l’apparition de pierres

En parallèle du bypass gastrique, nous retirons également la vésicule biliaire du patient. Cette intervention est préventive pour éviter l’apparition de pierres due à un apport massif de cholestérol consécutif à la perte de poids.

Une perte de poids marquée et la disparition de l’apnée du sommeil

Nous avons revu le patient un mois après l’opération. Grâce au régime diététique préopératoire et au bypass, il a perdu un peu plus de 26 kilos et ne pèse plus que 110.

L’amaigrissement se poursuit progressivement. Trois mois plus tard, la balance marque 42 kilos de moins par rapport à son poids initial. Trois autres mois passent et il arrive à 50 kilos de moins.

Notre homme est passé de deux assiettes par repas à une demi et ses apnées du sommeil ont complètement disparues.

Besoin de plus d’informations sur le bypass, le sleeve et les autres traitements en chirurgie de l’obésité ?

L’équipe médicale de la Clinique de l’Obésité CHU-UCL - site Sainte-Elisabeth de Namur répond à toutes vos questions sur les soins de l’obésité possibles en Belgique. Nous vous invitons également à participer à nos séances d’information bimensuelles sur la chirurgie bariatrique. Pour en savoir plus n’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou via notre formulaire en ligne.